Le carillon de la solidarité sonne chez 76 commerçants marseillais

En un an, l’association « La Cloche » a rallié 76 commerçants de la ville à son collectif « Le Carillon ». Un dispositif d’entraide qui permet d’offrir une boisson ou un repas aux personnes vivant dans la rue, mais leur permet aussi de recréer un lien social avec les habitants.

Les Marseillais peuvent profiter de leur passage chez certains commerçants de quartier pour faire un geste envers les personnes de la rue. Comment ? Grâce aux « bons en attente », lancés par le collectif « Le Carillon ». Pour participer, il suffit de se rendre dans l’une des boutiques partenaires(*), et d’acheter l’un des produits proposés au « tarif solidaire », généralement 1 ou 2 euros. Le commerçant vous remet alors un bon, que vous n’avez plus qu’à accrocher à la pancarte spécialement prévue à cet effet.

Café, boisson fraîche, tacos, part de pizza ou même boîte de sardines… Votre achat est mis « en attente », jusqu’à ce qu’une personne dans le besoin ne vienne gratuitement le récupérer. à Marseille, 76 bars, restaurants et commerces de proximité ont ainsi rejoint le réseau depuis juin 2017, rendant chaque mois plus d’un millier de services à environ 200 sans-abri. « On parle de services car ça va bien au-delà de la nourriture », précise Bryan, en charge de l’hypercentre de la ville pour Le Carillon. La preuve au « BiboVino », rue de la République, dernier arrivé dans le réseau. « En plus de les accueillir au chaud le temps d’un café, j’offre aussi dès qu’il y en a besoin un verre d’eau, un morceau de pain, ou tout bêtement l’accès aux toilettes », explique Isabelle, la patronne. D’autres vont encore plus loin, avec mise à disposition d’une prise pour recharger les téléphones, voire un accès à internet. Mais le plus important pour l’équipe du Carillon et ses partenaires reste l’aspect social du dispositif. « On recrée un vrai lien entre les personnes de la rue et les habitants », poursuit Bryan. « Les commerçants et clients sont contents de faire un geste et d’en voir les résultats, c’est-à-dire de discuter avec ceux qui en bénéficient. Ça les sort de la marginalisation dont ils sont très souvent victimes ». Pour favoriser les échanges, les bénévoles organisent d’ailleurs chaque mois un « petit apérue », où habitants, commerçants et sans-abri se retrouvent autour d’un verre.

* Liste des commerçants participants et infos du dispositif sur http://www.lecarillon.org/marseille

Steve Claude
Article tiré de la Marseillaise  le 3 décembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s