Un moment historique

EDITO – L’aspiration à la justice sociale irrigue profondément les mobilisations des gilets jaunes et de tous ceux qui en ont soupé de l’humiliation. Face à une politique qui fait la part belle aux privilégiés et a choisi clairement le camp du capital contre celui du travail, la révolte des sans-grades va crescendo. Quelle en sera l’issue ? Le pire comme le meilleur peuvent sortir d’une telle séquence historique.

Le pire, c’est l’extrême droite qui entend faire son miel du désordre et qui au final n’aboutira à rien, si ce n’est au maintien des intérêts d’une minorité. Le meilleur est à chercher dans la mise en musique des revendications pour une vie meilleure. Le camp progressiste saura-t-il réagir en bonne intelligence ? C’est à dire, mettre de côté les tentations hégémoniques et ses divisions pour proposer à ceux qui agissent une alternative, un projet plaçant l’égalité en son cœur ? La motion de censure déposée lundi est un premier pas.

Rien ne serait pire, pour le pouvoir en place, de miser sur le pourrissement et la stratégie du chaos. Les discours alarmistes et l’annonce, jeudi soir, par le Premier ministre de l’envoi des blindés de la gendarmerie, samedi à Paris, n’augurent rien de bon. Faire monter la pression pour décourager les manifestants est un très mauvais calcul. Le signe d’un exécutif acculé et sourd à la souffrance.

Françoise Verna
Article tiré de la Marseillaise . le 8 décembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s