Les gilets jaunes, en route pour l’acte 5 de la mobilisation

De nombreux péages, ronds-points et sites de transports de marchandises, sont encore bloqués par les gilets jaunes dans les Bouches-du-Rhône. Les annonces présidentielles n’ont pas convaincu. La mobilisation se poursuit.

Des camions à l’arrêt sur des kilomètres au rond-point de la Fossette (RN568) à Fos-sur-Mer, une A55 surchargée, des embouteillages un peu partout, à Salon, Arles, sur l’A8 en direction d’Aix, d’Arles à Miramas, de la Destrousse à Auriol, à la Ciotat, Saint-Martin de Crau, Istres, Sénas, aux péages, ronds-points, hypermarchés, raffineries et même à l’aéroport Marseille-Marignane pour perturber le trafic du fret…

Mardi matin, les gilets jaunes – un bon millier, affirment-ils – étaient partout dans le département, organisant des barrages filtrants pour « bloquer les zones de transport de marchandises mais surtout pas les travailleurs, qu’on laisse systématiquement passer » précisait l’un d’eux en fin de matinée, devant le dépôt de l’enseigne Carrefour à Rousset.

La semaine dernière, les dépôts d’Amazon et Lidl faisaient aussi l’objet d’un blocage. « Si nous faisons ça, c’est pour dénoncer un vrai déséquilibre. Les TPE et les PME payent des taxes quand les multinationales touchent des dizaines de milliards d’euros et échappent à l’impôt. C’est normal, ça ? Pour dénoncer cette mascarade, on ralentit l’économie ! » scande l’un des gilets jaunes qui, comme tous les autres, veut rester anonyme non par peur d’être identifié mais « parce que nous sommes un collectif, nous parlons d’une seule voix ». Leur voix s’est d’ailleurs mêlée à celle de la jeunesse, avec de nombreux gilets jaunes repérés dans la matinée parmi les lycéens en manifestation à Marseille.

« Macron ne nous respecte pas »

Partout, le mot d’ordre est le même : « Bâtir une France plus équitable. » Emmanuel Macron n’en sera pas l’artisan. La veille, son intervention de moins d’un quart d’heure n’a semble-t-il, pas convaincu grand monde côté buccorhodanien, ainsi que le relate l’une des membres des gilets jaunes du département : « Après sa prise de parole, nous avons fait un sondage interne, par les réseaux sociaux. La question était simple : on continue, oui ou non ? On a eu 697 oui, 18 non. Alors : on continue ! »

Hier à Rousset, alors que les gilets levaient le blocage en fin de matinée, la détermination à ne pas « se laisser enfumer » par les annonces présidentielles était palpable. « On a l’impression qu’il a juste listé nos réclamations, sans y apporter aucune réponse » témoigne l’une des personnes présentes sur le site, « rien. Pas un mot sur le référendum d’initiative citoyenne, pas un mot sur nos agriculteurs qui souffrent parce que Carrefour et Casino les abandonnent pour vendre des mandarines espagnoles !

Macron ne nous respecte pas, et ses parlementaires, encore moins : ils nous disent qu’avec 5 000 euros, ils ne peuvent manger que des pâtes. Et nous, on fait quoi ? On suce des cailloux ? On en a marre ! On ne veut pas de miettes, on veut la baguette entière, le pouvoir au peuple ! » Et tant que le soutien sera là, pas question de remiser les gilets au placard : « La télé a beau nous faire passer pour des casseurs, les gens ne sont pas dupes. Beaucoup viennent nous soutenir, nous apportent à manger. On en voit qui sont plein d’espoir, d’autres résignés. On continuera pour eux, même si on doit y laisser nos vies. »

L’acte 5 de la mobilisation prendra place sur le Vieux-Port à 10h30 samedi, après une série d’actions similaires à celles d’hier sur tout le territoire, dans des lieux tenus secrets.

Sabrina Guintini 
Article tiré de la Marseillaise  le 13 décembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s