Blanquefort – Ford écarte une offre de reprise, colère des syndicats

Ford a annoncé jeudi qu’il écartait l’offre de reprise de l’usine de Blanquefort (Gironde) par Punch Powerglide, une décision qualifiée de « trahison » par Bruno Le Maire qui a demandé à l’Américain de revoir sa décision. Le ministre de l’Economie doit s’entretenir avec le patron de Ford Europe sur l’avenir de l’usine ce vendredi. Les syndicats ne décolèrent pas.

 « Ford Aquitaine Industries a informé, ce jour, son comité d’entreprise avoir décidé de ne pas donner de suite favorable à la vente du site de FAI à l’acquéreur potentiel », a annoncé l’entreprise dans un communiqué ce jeudi. Elle ajoute avoir « présenté un plan social complet » pour un arrêt de la production du site (850 salariés), prévu fin août 2019.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire qui s’était personnellement impliqué pour tenter de sauver le site de fabrication de boîtes de vitesse, a accusé le constructeur américain de « trahison ».
@Ford a refusé l’offre de reprise de Punch de l’usine de Blanquefort. Je suis révolté, écœuré par cette décision. Je dénonce la lâcheté, le mensonge et la trahison de #Ford vis-à-vis de ses salariés. L’offre de Punch est crédible et solide. J’appelle #Ford à réviser sa décision – Bruno Le Maire

Bruno Le Maire doit s’entretenir avec le responsable Europe du constructeur automobile ce vendredi, a indiqué la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher sur Radio Classique.

Du côté des syndicats, c’est la douche froide. « Je ne comprends pas [cette décision] puisqu’il y avait une offre qui avait été jugée sérieuse par nos experts, qui a été proposée, qui a été validée par les services de l’Etat, explique Jean-Marc Chavant, élu Force ouvrière au Comité d’entreprise de l’usine, au micro de RFI. Et malgré ça, Ford reste sur sa position et préfère fermer purement et simplement le site. »

« Rembourser l’argent public »

Même incrédulité du côté de la CGT. Philippe Martinez, son secrétaire général, a demandé à Ford de « rembourser l’argent public » qu’il a reçu, et préconisé de « réquisitionner l’usine » de Gironde.

« On pourrait demander à Ford de rembourser tout l’argent public qui a été donné ! », a lancé Philippe Martinez, interrogé sur BFMTV et RMC. « M. Le Maire est indigné, d’accord, mais là qu’il [Ford, ndlr] rembourse l’argent public, et plus que cela, que cette entreprise soit réquisitionnée », a-t-il déclaré.

Photo AFP/Nicolas Tucat
Article tiré de RFI  le 14 décembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s