La convergence des luttes s’entretient à Marseille

En ordre dispersé, mais aussi ensemble parfois, Gilets jaunes, lycéens, collectifs citoyens de la la ville, syndicats et organisations politique progressistes, ont battu le pavé ce samedi à Marseille.

Plusieurs milliers de manifestants, 2000 selon la Préfecture, dans les rues de Marseille et pas d’incidents majeurs (12 interpellations, selon une source policière). Cette grosse journée de mobilisation où les colères ont convergé dans la rue a tenu ses promesses, malgré quelques incompréhensions, dans les parcours suivis par les uns et par les autres, tous soucieux de ne pas être assimilé à d’éventuels casseurs agissant en marge des cortèges.

Tous avaient répondu à l’appel des Gilets jaunes, des quinze organisations politiques et syndicales progressistes (Attac, la CGT, Solidaires, le Nouveau parti anticapitaliste, la FSU, le Parti communiste français, la France insoumise), – derrière une banderole  » contre la vie chère et pour l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux  » -, les lycées et les collectifs citoyens, comme celui du 5 Novembre – Noailles en colère, ont battu le pavé pour manifester leur mécontentement à l’égard des politiques actuellement menée dans le pays et à Marseille.

Parti en début d’après-midi du Vieux-Port complètement bouclé par les forces de police, en direction de la Préfecture, le cortège a rejoint sur la Canebière, quelque deux cents personnes manifestant contre l’habitat indigne ainsi qu’une centaine de lycéens, en route eux pour rejoindre le cortège des syndicats et des organiastions politiques progressistes.

Le cortège des gilets jaunes, s’est alors scindé en deux, un petit groupe s’engageant rue de Rome pour rejoindre la préfecture, puis la place Castellane tandis que le gros de la troupe remontait la Canebière. Les 12 personnes interpellées l’ont été en marge de la manifestation pour jets de pierre, notamment. Les petits groupes de casseurs, dont certains portaient des gilets jaunes, a précisé la police, étant rapidement dispersés.

« La situation est sous contrôle, aucun magasin n’a été dégradé », a indiqué un responsable de la DDSP des Bouches-du-Rhône en fin d’après-midi. Tout l’après-midi, un représentant de la chambre de commerce de Marseille a suivi, en direct, depuis la cellule de crise, la progression de la manifestation pour transmettre, en temps réel, les informations aux commerçants qui ont ainsi éviter de fermer toute la journée.

Samedi dernier, la manifestation avait mobilisé 2.000 personnes. 42 individus avaient été interpellés lors d’échauffourées en fin de journée. Un voiture avait été incendiée et la boutique de l’OM pillée.

Photo OpenFlash/LM
Article tiré de la Marseillaise  le 15 décembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s