Ce qui se passe quand on n’oblige pas les patrons…

Des augmentations de revenu qui n’exigent rien des entreprises, des primes laissées au bon vouloir des patrons, de nouvelles exonérations pour les heures sup’, un CICE qui se pérennise et se transforme en jackpot… Le gouvernement poursuit sa politique de séduction du patronat sans exigence en retour. Pourtant, Ford montre encore une fois que sans rapport de force, le capital ne cède pas.

La CGT demande non seulement que Ford rembourse les aides mais aussi que l’usine soit réquisitionnée. Si Ford ne veut pas la céder, eh bien on la prend », lâche Philippe Martinez, secrétaire général de la confédération, dans un entretien accordé hier à l’Humanité.

Réquisition : on est un cran au-dessus de ce qu’a envisagé la veille Bruno Le Maire. Au micro de RMC, le ministre de l’économie dit être ouvert à un achat provisoire de l’usine, le temps de la revendre à Punch. Cette société belge porte le projet de reprise du site fabriquant des boîtes de vitesse que le géant automobile américain a refusé, préférant la fermeture laissant 872 salariés sur le carreau.

À noter que les services de Bercy ont eu vite fait de calmer les ardeurs du ministre : « ce n’est pas la solution privilégiée », ont-ils fait savoir au quotidien Libération. L’option serait plutôt de boycotter Ford dans les marchés publics, sachant qu’« il y a des voitures de la police nationale de la marque Ford », a dit hier le porte-parole du gouvernement. Et Benjamin Griveaux d’insister : « L’entreprise ne joue pas le jeu. »

50 milliards d’euros publics sans contrepartie

Ce n’est malheureusement pas un jeu mais un rapport de force. Ce que martèlent les progressistes et les syndicats à des gouvernements qui, depuis des années, ont comme seul objectif de ne pas effrayer les investisseurs. Les exonérations de charges sociales accordées par les ministères successifs et le CICE de Hollande confirmé par Macron donnent une facture annuelle de 50 milliards d’euros publics. Sans contrepartie.

Dans la même logique de soumission au grand capital, le gouvernement vient de demander aux entreprises d’accorder une prime de fin d’année à leurs salariés. Et de leur accorder, pour les motiver, une nouvelle défiscalisation.
Pourtant, cette manière de faire ne paye pas. Il est assez ironique de voir Ford refuser la reprise du site de Blanquefort la semaine où ArcelorMittal annonce la fermeture définitive des Hauts Fourneaux de Florange. Triste fin d’une bataille métallurgique qui avait conduit le candidat Hollande à monter sur une camionnette pour promettre aux salariés, en 2012, une loi pour que « quand une grande firme ne veut plus d’une unité de production, elle soit obligée de la céder à un repreneur ». La loi Florange existe mais n’empêche en rien Ford de refuser de céder le site.

Et demain, le plan de restructuration craint par les syndicats de General Electric pour 2019 ne doit pas faire oublier qu’un autre géant américain s’est assis sur les promesses de créer 1 000 emplois d’ici fin 2018. Pourtant, GE s’était engagé auprès de l’État et de l’argent public a coulé à flots pour agrandir et rénover des bâtiments, refaire les routes permettant le transport de lourdes turbines, etc. L’année qui vient risque également de remettre sur le devant de la scène le dossier GM&S. Le repreneur GMD est en discussion pour revendre tout le groupe à un espagnol, CIE automotive. Or, l’usine de la Souterraine n’est toujours pas brillante. Depuis un an, ni Renault ni PSA n’ont tenu leurs promesses de volumes de commandes.
Quand le rapport de « confiance » paye aussi peu, il faut passer au rapport de force.

Angélique Schaller
Article tiré de la Marseillaise . le 25 décembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s