Brésil – Le gouvernement de Bolsonaro

L’une des préoccupations du nouveau président est d’éliminer la pensée critique et de gauche et d’attaquer les écoles et les universités qui ne partagent pas les idées du Gouvernement. Pendant la campagne électorale, des manifestations et des cours qui devaient aborder le thème du fascisme ont été annulées par les autorités électorales car, selon les autorités judiciaires, ces événements portaient préjudice au candidat. Après la victoire de Bolsonaro, les membres du PSL (Parti Social Libéral) ont incité les étudiants à dénoncer les professeurs critiques envers le futur président. La veille de son investiture, Bolsonaro a parlé d’éliminer « l’ordure marxiste » des écoles et dit que le Ministère de l’Education – dirigé par le Colombien Ricardo Vélez Rodríguez – travaillerait à faire que les écoles forment des citoyens et non des « militants politiques. »

Les ministères de la Culture, des Sports et du Développement Social sont devenus le Ministère de la Citoyenneté et de l’Action Sociale qui sera dirigé par Osmar Terra qui a été le ministre du Développement Agricole de Temer. Il est donc responsable de la réduction du nombre de bénéficiaires du programme Bourse de la Famille – l’un des principaux programmes d’éradication de la faim dans le pays – et il a mis en place le Progredir destiné à stimuler l’esprit d’entreprise et l’insertion dans le marché du travail. L’une des propositions qui étaient déjà en discussion sous le Gouvernement de Temer, est la réduction de l’âge légal du travail à 14 ans.

Le Ministère des Droits de l’Homme a été transformé en Ministère de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme et sera dirigé le pasteur évangéliste par Damares Alves. Le Gouvernement de Bolsonaro défend l’interdiction de l’avortement en cas de viol et de risque de mort pour la femme enceinte et soutient le Estatuto do Nascituro qui prévoit un plan de soutien financier et psychologique pour la femme violée garde son enfant et que le violeur assume ses responsabilités de « père. » La Funai (Fondation Nationale de l’Indien) sera incorporé à ce ministère. Damares est ouvertement contre les droits des indigènes et Bolsonaro a déjà annoncé que les terres des peuples originaires seront réduites pendant son mandat.

La future Ministre de l’Agriculture, Tereza Cristina, défend l’utilisation des agro-toxiques, a été la dirigeante du groupe des propriétaires ruraux à la Chambre Basse et a travaillé activement contre les programmes de développement soutenable des peuples originaires et des communautés traditionnelles brésiliennes. Avec d’autres députés propriétaires terriens, elle a suggéré que les dirigeants indigènes et les professionnels qui travaillent pour les droits des peuples traditionnels soient soumis à une enquête judiciaire. Les principales personnes qui financent les campagnes électorales de Tereza sont des patrons liés au négoce agricole, souvent liés aux assassinats d’indigènes dans la région du Mato Grosso du Sud.

Ernesto Fraga Araújo, le ministre des Affaires Etrangères, est un négationniste du changement climatique qui a promis de supprimer le « marxisme culturel » des relations diplomatiques du Brésil et a dit que le changement climatique était une « conspiration marxiste. » Par ailleurs, le Brésil, qui soutenait la Palestine, devient à présent un fidèle allié d’Israël et de son nouveau président Netanyahu comme le montre la décision de déplacer l’ambassade du Brésil de Tel-Aviv à Jérusalem.

Ricardo Salles, un avocat ultralibéral, sera le ministre de l’Environnement, une décision très critiquée par les organisations de protection de l’environnement qui ont dénoncé des projets qui aggraveront le changement climatique et la catastrophe environnementale. Il prévoit en effet d’intensifier la déforestation de l’Amazonie et l’exploitation minière dans les zones protégées, la commercialisation de pesticides et la rems en cause des Accords de Paris (dont sont déjà sortis les USA). Alors qu’il était secrétaire à l’Environnement de l’état de São Paulo en 2016, il avait été accusé d’avoir modifié les plans d’une zone de protection environnementale pour favoriser des entreprises privées. Il a déjà annoncé » que le Brésil n’organiserait pas la COP 25, l’une des conférences mondiales les plus importantes sur l’environnement.

Enfin, Sérgio Moro, le fameux juge responsable de l’incarcération de Lula sera le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique. Célèbre pour sa ligne de « tolérance zéro pour la corruption, » il aura pour collègues au moins 3 ministres accusés d’avoir été impliqués dans des affaires de corruption passive, de blanchiment d’argent et de détournement de fonds publics aux ministères de la Santé, de l’Environnement et à la Maison Civile.

Le nouveau Gouvernement du Brésil qui ne comprend que 2 femmes et pas d’Afro-descendants, est composé de militaires, de personnalités d’extrême-droite, de négationnistes du changement climatique et d’évangélistes. Il représente une grave menace pour les Droits de l’Homme et pour l’environnement dans le pays, dans la région et dans le monde. 2019 amène de nombreux défis et d’incertitude pour la plupart des gens. Dans un contexte mondial de tendance néo-fasciste, une réponse unie et forte est un besoin urgent ainsi que la lutte et la construction collective de projets politiques – avec toutes leurs différences – capables de freiner l’avancée réactionnaire et de défendre les droits fondamentaux des peuples.

Article tiré de Bolivar Infos  le 3 janvier 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s