Le tarif de l’électricité prêt à bondir de 6 % au printemps

Le gel de l’électricité promis par Édouard Philippe pour calmer les gilets jaunes ne sera qu’une parenthèse. L’hiver passé, les tarifs augmenteront de 5,9 % exactement. Du jamais vu.

Reculer pour mieux sauter. En décembre, le Premier ministre Édouard Philippe avait dit qu’il gelait la hausse des tarifs de l’électricité et du gaz « jusqu’à la fin de l’hiver ». C’est ce qui va se passer, à une nuance près, car au printemps la hausse s’annonce très sévère. Plus 5,9 %, comme vient de la demander la Commission de régulation de l’Énergie (CRE) qui rendra un avis officiel le 7 février. La plus importante enregistrée ces dernières années où les pics ont été de +5 % en 2013 puis +2,5 % en 2014 et 2015. Concrètement, cela signifie 85 euros supplémentaires dans l’année pour un foyer se chauffant à l’électricité.
Le ministère de la Transition énergétique a d’ores et déjà dit qu’il allait faire « usage des délais prévus par la loi afin de protéger les foyers français, notamment les plus modestes » et ne pas appliquer immédiatement cette hausse. Ce délai est de trois mois. La hausse sera palpable fin mai pour les usagers…
Cette hausse n’a rien d’une surprise.Elle « s’explique principalement par la conjoncture internationale, avec une hausse des prix des énergies depuis janvier 2018 », justifie ainsi la CRE.

Limiter la hausse

Des leviers sont possibles pour « limiter la casse » pour l’usager. L’un d’entre eux consiste à compenser la hausse des prix par une baisse des taxes, sachant que celles-ci représentent 37 % de la facture. C’est l’option privilégiée par les fournisseurs car elle permet de préserver leurs marges. Et c’est celle portée par la CRE qui dit clairement que « cela pourrait constituer un levier pour modérer l’évolution tarifaire TTC ». Et de cibler singulièrement la contribution au service public de l’électricité (CSPE) qui est passée de 4,50 euros le mégawattheure en 2004 à 22,50 euros depuis 2016, date à laquelle elle n’a plus été affectée au financement des énergies renouvelables pour aller alimenter le budget général. Une autre option pourrait être de baisser la TVA à 5,5 % en considérant qu’il s’agit de produits de première nécessité. Une dernière de remettre en cause la rémunération des actionnaires, sachant que EDF a ici pu aller jusqu’à 1,5 ou 2 milliards.
Pour relativiser, la CRE souligne que le tarif proposé en France « demeure compétitif malgré les hausses envisagées ». Et de citer l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie… L’inverse existe aussi en Hollande, en Finlande, au Luxembourg… Alors que la France dispose d’un atout majeur, comme le rappelle d’ailleurs la CRE : « le dispositif de l’Arenh continue de faire bénéficier le consommateur final des conditions économiques de production d’un parc nucléaire partiellement amorti ».

Dégâts de la libéralisation

Le fond du problème reste celui soulevé par Ian Brossat, tête de liste des communistes aux européennes : « les dégâts de la libéralisation du secteur de l’énergie imposée depuis 1996 par directives européennes ». Et de rappeler les propos de Juppé promettant que « l’ouverture ménagée du marché se traduira par une baisse des prix au bénéfice des consommateurs domestiques comme des industriels ». Résultat, entre 2007 et 2017, la facture moyenne des familles utilisant l’électricité pour se chauffer a ainsi augmenté d’environ 36 %. Et d’exiger « un moratoire sur les directives de libéralisation qui ont conduit au démantèlement des services publics, avec à la clé une augmentation générale des tarifs et ce au profit des acteurs du privé et de leur boulimie de dividendes ».

Photo : AFP
Angélique Schaller
Article tiré de la Marseillaise  le 1er février 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s