Venezuela – 10 mensonges sur le Venezuela

L’une des principales armes de combat de la guerre hybride que subit le Venezuela est la désinformation et la manipulation. Nous lisons et nous entendons des mensonges que des analystes qui ne sont jamais allés au Venezuela répètent si souvent qu’ils deviennent la réalité pour l’opinion publique.

1 – Le Venezuela a 2 présidents. Rien n’est moins vrai. La Constitution vénézuélienne stipule dans son article 233 comme absence absolue du président sa mort, sa démission, sa destitution décrétée par le Tribunal Suprême de Justice ou son incapacité physique ou mentale constatée par une assemblée de médecins. Guaidó n’a aucun argument constitutionnel pour s’être autoproclamé président car il n’y a pas d’absence absolue du Président qui a prêté serment conformément à ce qu’établit la Constitution dans son article 231 : le 10 janvier, devant le Tribunal Suprême de Justice.

2. – Guaidó a le soutien de la communauté internationale. Au-delà de l’hypocrisie qui consiste à appeler «  communauté internationale » l’Occident, le 10 janvier, à l’investiture de Maduro, il y avait des représentants de plus de 80 pays de la Russie à la Chine en passant par le Vatican, la Ligue Arabe et l’Union Africaine. Ces pays continuent à avoir des relations diplomatiques avec le Gouvernement que dirige Nicolás Maduro. Guaidó est reconnu par les mêmes pays qui, le 10 janvier, ont refusé de reconnaître Maduro : les Etats-Unis et le Groupe de Lima ( à l’exception du Mexique). Les seuls pays qui s’y sont joints sont la Georgie (à cause de son conflit territorial avec la Russie), l’Australie et Israël.

3. – Guaidó est différent de l’opposition violente. Guaidó est un député de Volonté Populaire, un parti politique qui a déjà refusé de reconnaître les élections présidentielles de 2013 et dont le dirigeant, Leopoldo López, est condamné pour avoir été l’auteur intellectuel du plan intitulé « La Sortie » qui a organisé les guarimbas de 2014 qui ont fait 43 morts et des centaines de blessés.

4. – L’Assemblée Nationale est le seul organe légitime. L’article 348 de la Constitution vénézuélienne autorise le Président à convoquer une Assemblée Nationale Constituante et l’article 349 stipule que les pouvoirs constitués (l’Assemblée Nationale) ne pourront en aucune façon faire obstacle aux décisions de l’Assemblée Nationale Constituante. La décision de convoquer l’Assemblée Nationale Constituante a été une astuce du chavisme pour sortir du blocage de l’Assemblée Nationale, ce qui peut plaire ou non mais est strictement conforme à la Constitution.

5. – Maduro a été réélu frauduleusement lors d’élections sans opposition. Les élections du 20 mai 2018 ont été convoquées par le même CNE qui avait donné son siège de député à Guaidó. Il y avait 3 candidats d’opposition qui ont eu ensemble 33% des voix et ont suivi les règles fixées à la table de dialogue qui a eu lieu en République Dominicaine entre le Gouvernement vénézuélien et l’opposition avec la médiation de l’ex-premier ministre espagnol Zapatero.

6. – Au Venezuela, il n’y a pas de démocratie. Depuis 1998, il y a eu 5 élections présidentielles, 4 élections législatives, 6 élections régionales, 4 élections municipales, 4 référendums constitutionnels et 1 consultation nationale : 23 élections en 20 ans. Toutes avec le même système électoral, considéré comme le plus sûr du monde par l’ex-président des Etats-Unis Jimmy Carter.

7. – Au Venezuela, il y a une crise humanitaire. Sans aucun doute, au Venezuela, il y a actuellement une crise économique provoquée par les ordres exécutifs d’Obama et de Trump qualifiant le Venezuela de « danger pour la sécurité nationale des Etats-Unis » accompagnés de sanctions qui ont empêché l’achat d’aliments et de médicaments. Cette crise a provoqué une migration économique qu’on a voulu déguiser en exode politique, une chose que les données démentent (entre janvier et août 2018 la Commission Mexicaine d’Aide aux Réfugiés a reçu 3 500 demandes d’asile de Vénézuéliens sur 6 523 demandes de citoyens honduriens : presque le double!)

8. – Au Venezuela, les Droits de l’Homme sont violés. Analysons les chiffres des guarimbas de 2017 : 131 morts dont 13 par tirs des forces de l’ordre (faits pour lesquels 40 membres des forces de sécurité ont été arrêtés et jugés : 9 membres des différentes polices et de la Garde Nationale Bolivarienne assassinés et 5 personnes brûlées vives ou lynchées par l’opposition. Les autres morts, pour la plupart, ont été tués en manipulant des explosifs ou en essayant d’enlever des barricades de l’opposition.

9. – Au Venezuela, il n’y a pas de liberté d’expression. Les images qu’on a vues ces jours-ci de Guaidó faisant des déclarations, entouré de micros de médias vénézuéliens et internationaux démentent cette affirmation.

10. – La communauté internationale est préoccupée par l’état de la démocratie au Venezuela. La «  communauté internationale » représentée par les Etats-Unis et le Groupe de Lima n’est pas préoccupée par les prisonniers torturés à Guantánamo, les défenseurs des Droits de l’Homme quotidiennement assassinés en Colombie ne les préoccupent pas, les caravanes de migrants qui fuient la doctrine du choc néolibéral au Honduras ne les préoccupent pas et les liens des fils de Bolsonaro avec les milices paramilitaires qui ont assassiné Marielle Franco ne les préoccupent pas.

Non, personne ne juge les graves violations des Droits de l’Homme de ces pays du Groupe de Lima et de son allié les Etats-Unis. Ce qui se cache derrière cette « préoccupation » ne s’appelle pas démocratie.

Ca s’appelle pétrole, ça s’appelle or, ça s’appelle coltan.

Katu Arkonada pour La Jornada, politologue spécialiste de l’Amérique Latine

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos
Article tiré de Bolivar Infos . le 4 février 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s