Les énergies renouvelables poursuivent leur hausse en Europe

D’après les derniers données publiées mardi par Eurostat, l’Union européenne est sur la voie d’atteindre ses objectifs de développement des énergies renouvelables pour 2020.

Eoliennes, panneaux solaires, centrales à biomasse et barrages hydroélectriques poursuivent doucement mais sûrement leur ascension dans la part du mix énergétique européen. D’après les données publiées mardi par l’organisme de statistiques européen Eurostat, leur proportion a atteint 17,5% en 2017, par rapport à 17% en 2016. Elle a augmenté dans 19 des 28 Etats membres. Cette dynamique, si elle se poursuit, devrait permettre à l’UE d’atteindre son objectif de 20% pour 2020, et peut-être de 30% en 2030.

D’un Etat à l’autre, la situation diffère beaucoup. Avec plus de la moitié (54,5%) de sa consommation finale brute d’énergies renouvelables (ENR), la Suède affichait de loin la plus forte proportion en 2017, devant la Finlande (41%), la Lettonie (39%), le Danemark (35,8%) et l’Autriche (32,6%). A l’inverse, les plus faibles parts d’ENR ont été enregistrées au Luxembourg (6,4%), aux Pays-Bas (6,4%) et à Malte (7,2% chacun).

Parmi les Vingt-Huit, onze ont déjà atteint leurs objectifs nationaux pour 2020 : la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Croatie, l’Italie, la Lituanie, la Hongrie, la Roumanie, la Finlande et la Suède. En outre, la Lettonie et l’Autriche sont à environ un point de pourcentage de leurs objectifs 2020.

Du côté des plus éloignés de leur cible, on trouve les Pays-Bas (à 7,4 points de leur objectif national 2020) et… la France (à 6,7 points des 23% visés d’ici deux ans).

Part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national des Etats-membres. Source: Eurostat

Parmi les énergies les plus utilisées, culminent largement en tête le bois et autres biomasses solides, qui constituent 42% de la production de 2017. En seconde position, la puissance éolienne dépasse pour la première fois l’hydroélectrique, avec 13,8% contre 11,4%.

A noter, Eurostat intègre dans son calcul les «biocarburants liquides» (aussi appelés agrocarburants), dont les plus dangereux pour l’environnement, qui contiennent notamment de l’huile de palme, viennent d’être catégorisés, la semaine dernière, comme «non durables»par la Commission européenne. Les agrocarburants liquides comptent pour 6,7% des 17,5% d’énergies renouvelables européennes.

 

Photo : AFP – Patrick Pleul
Aude Massiot
Article tiré de Libération  le 13 février 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :