Agriculteur, un métier en voie de disparition ?

Aujourd’hui, quasiment la moitié (45%), des agriculteurs français ont plus de 50 ans. Il va falloir renouveler la profession. Mais ceux qui partent à la retraite ont bien du mal à trouver des remplaçants sur leurs exploitations. La « transmission » des terres est un enjeu crucial pour l’avenir du secteur agricole hexagonal.

Le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer en France. Au total, 48 000 exploitations agricoles ont disparu entre 2011 et 2016. « On va nous mettre dans une réserve ou un zoo bientôt, expliquent Ludovic Calvet et Jean-Raymond Nouret, deux jeunes agriculteurs des Pyrénées venus à Paris spécialement pour le salon de l’Agriculture. On va plus pouvoir vivre longtemps de l’agriculture. Là, on survit, mais ça va devenir catastrophique. »

Le jeune Jean-Raymond Nouret, 26 ans et fils d’éleveur laitier, voulait s’installer mais il n’y arrive pas pour l’instant :«  C’est très compliqué, on nous demande de choisir les investissement sur cinq ans pour nos installations… parfois je me dis qu’il faudrait que je fasse autre chose, que ça serait plus simple ». S’il n’est pas loin d’abandonner l’agriculture, c’est parce que se lancer dans une création d’exploitation est un chemin de croix.

« Des métiers très techniques »

Entre le terrain à trouver, la paperasse à démêler, et les banques à convaincre, les barrières sont innombrables. « C’est la galère, résume Naomie Martineau, productrice de cacao en Guadeloupe et élue au sein du syndicats Jeunes agriculteurs (JA), les gens ont tendance à oublier qu’on est des chefs d’entreprises. En plus, on est lié au climat, on est sur la fabrication de produits, ce qui est très particulier. Cela amplifie les difficultés. Au-delà de la passion, ce sont des métiers très techniques, et la première chose, c’est de trouver un terrain pour pouvoir commencer à travailler. »

Quand une exploitation n’est pas reprise, ses terrains sont vendus à d’autres agriculteurs qui s’agrandissent. En France, les exploitations sont de moins en moins nombreuses mais de plus en plus grandes. « On veut qu’à chaque fois qu’une exploitation s’arrête, il y ait un jeune qui reprenne. Il ne faut pas que cela parte à l’agrandissement et que l’on poursuive cette hémorragie dans nos campagnes, explique Aurélien Clavel producteur laitier dans l’Isère et vice-président du syndicat Jeunes agriculteurs. Cela passe par de meilleures retraites agricoles pour que les anciens puissent partir dans de bonnes conditions et céder à un jeune et non au plus offrant. C’est un vrai enjeu de demain. »

Un problème de transmission des exploitations

Aujourd’hui seulement deux tiers des agriculteurs qui arrêtent le métier trouvent des repreneurs. Un programme sur la transmission des exploitations a été lancé il y a deux ans par le ministère de l’Agriculture. Des points d’accueil seront prochainement mis en place partout en France. Les chambres d’agriculture promettent aussi une meilleure anticipation des arrêts d’activité.

Il y a pourtant des zones où la transmission fonctionne bien. En Lozère dans le sud de la France, 90% des exploitations sont reprises quand il y a un départ à la retraite ou une vente. Les écoles agricoles sont pleines. La méthode lozérienne consiste à faire un travail de promotion des métiers de l’agriculture dans les collèges et lycées. « On explique aux jeunes qu’il y a des exploitations qui cessent et qu’il faut les reprendre, raconte Christine Valentin, présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère. Il faut leur redonner l’envie d’aimer le métier, leur expliquer qu’il est essentiel pour la population et qui valorise l’agriculteur lui-même, non seulement par le revenu, mais aussi par la fierté de faire ce métier. »

Donner envie aux jeunes de devenir paysans, c’est une des missions du monde agricole. C’est également à travers des événements comme le salon de l’Agriculture qu’il espère la mener à bien.

Photo : REUTERS – Pascal Rossignol
Alexis Bedu
Article tiré de RFI le 1er mars 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s