Aéroports de Paris – Macron veut vendre les bijoux de famille

Cette semaine, la loi PACTE (Pour La Croissance et la Transformation des Entreprises) devrait être adoptée par l’Assemblée nationale, avec au programme la très mystérieuse privatisation d’ADP. Comme toujours avec ce gouvernement, l’acronyme est un concentré savoureux de la novlangue chère à la macronie.

L’inexistence de toute pensée stratégique est en soi fascinante. Roissy, Orly, Le Bourget… ce ne sont pas seulement, et pas d’abord, des zones de Duty Free. Ce sont surtout des lieux décisifs d’entrées sur le territoire national de biens et de personnes où officient douane, police et gendarmerie. Les Etats-Unis qui ne sont pas exactement les champions de l’économie administrée ne s’y sont pas trompés, la totalité des 14.947 aéroports (excusez du peu) sont gérés par les gouvernements locaux au nom d’impératifs de sécurité et de souveraineté nationale.

Mais cette privatisation est-elle, au moins, financièrement intéressante pour l’État français ? Même à courte vue ? Que nenni. La privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) ainsi que celle de la Française des Jeux et d’une partie d’Engie sont supposées rapporter entre 8 et 10 milliards d’Euros pour constituer un fond d’investissement qui pourraient rapporter entre 250 et 300 millions d’euros par an et financer ainsi des projets dits « innovants ».

Aberration économique

Cette usine à gaz souffre de deux inconvénients. Le premier est le caractère aléatoire des placements sur les marchés financiers. Quid de cet argent en cas de crise boursière, ce qui est tout à fait possible avec l’actuelle rivalité commerciale entre Chine et Etats-Unis ? Le second aspect rend le projet gouvernemental plus incompréhensible encore car ADP est une véritable poule aux œufs d’or pour les finances publiques : 170 millions d’euros de dividendes pour l’État Français en 2017 et les chiffres provisoires pour 2018 tournent plutôt autour de 190 millions. Si on ajoute les dividendes liés à la FDJ et ceux liés à la participation de l’État dans Engie, on dépasse allègrement les 300 millions d’euros, soit plus que la fourchette haute de ce qui est attendu dans le cadre de placements (à risque) sur les marchés boursiers.

Plus étrange encore, selon un article de France Culture, le projet gouvernemental « prévoit d’indemniser les actionnaires minoritaires car on estime que cette privatisation comporte un préjudice. Et ça pourrait coûter au contribuable 1 milliard d’euros, peut-être plus. » On comprend donc que cette privatisation est tellement absurde qu’il faut dédommager les actionnaires minoritaires et ce pour un montant qui pourrait représenter plus de quatre années de dividendes escomptés, quelle martingale !

Aberration financière donc, débilité stratégique, pourtant le ministre de l’Economie Bruno Le Maire annonce urbi et orbi que cette privatisation est nécessaire et qu’elle se fera. L’hypothèse que le gouvernement est prisonnier de sa mantra libérale, celle qui consiste à penser que la gestion privée est toujours préférable à la gestion publique est tout à fait possible. Tant pis pour l’échec cuisant qu’a représenté la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, où le scandale retentissant des concessions d’autoroute. Mais une autre possibilité existe, celle où le gouvernement, sciemment, braderait les intérêts de l’État au profit de grands groupes privés.

Escroquerie en bande organisée

Le groupe Vinci est sur les rangs. Victime collatérale de l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, il entend bien engranger un très, très gros lot de consolation. Mais il n’est pas le seul à avoir flairé la bonne affaire, c’est le cas aussi, selon Mediapart, de la Caisse des Dépôts du Québec qui dispose d’un atout majeur. Son ancien premier vice-président jusqu’en 2017, Roland Lescure, devenu député LREM est justement le rapporte de la loi PACTE à l’assemblée. La vie est bien faite même si des aigris pourraient y voir un conflit d’intérêt majeur.

Le tableau ne serait pas complet sans une petite touche de risible, une tâche remplie avec application par le Conseil d’État. Chargé d’étudier s’il n’y aurait pas une situation de monopole de la part d’ADP, il a statué par la négative. Vous ne voulez pas prendre l’avion à Orly ou à Roissy ? Essayez donc l’aérodrome de La Ferté Gaucher ou celui de Melun, mais pas celui de Meaux ou celui de Pontoise qui appartiennent eux-aussi au groupe ADP comme une dizaine d’autres. Les vols longs, moyens et même petits courriers paraissent difficilement garantis, mais si le Conseil d’État le dit…

Du dogmatisme absurde de benêts du libéralisme ou de l’escroquerie en bande organisée difficile de se faire une idée. Les deux options sont sur la table… la seconde relève des tribunaux.

Guillaume Liégard
Article tiré de Regards . le 5 mars 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s