CSG, crédit d’impôt bénévolat, conseil des aînés… Les retraités aussi se saisissent du grand débat

Dans le grand débat national qui entre dans sa dernière ligne droite, sa clôture étant prévu pour le 15 mars, les retraités tentent de faire entendre leur voix, eux qui s’estiment malmenés depuis le début du quinquennat.

Maltraités, matraqués… mais combatifs. Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, les retraités s’agacent d’un pouvoir d’achat en berne. Dénoncées : l’augmentation du taux de prélèvement de la CSG (contribution sociale généralisée) de 1,7 point sur les pensions de retraite ou encore la hausse très limitée des pensions de 0,3 % en janvier 2019, alors que l’inflation est estimée par l’Insee à 1,6 %. Plusieurs mois après les différentes journées de mobilisation des seniors, entre mars et octobre 2018, la crise provoquée ensuite par le mouvement des gilets jaunes a ouvert la voie au « grand débat national ». Un espace de discussion et d’échange dont se saisissent les retraités, mais sans vraiment y croire…

Des retraités peu « reconnus par la société »

« Au sommet de l’Etat, sous cette mandature, il y a une volonté claire d’ignorer les retraités, s’agace Annie Petit, secrétaire nationale de l’Union nationale des retraités et personnes âgées (UNRPA), auprès de MarianneEt nous n’avons que peu de doutes sur le fait que ce ressenti va se confirmer lors des conclusions du grand débat ». Malgré ce pessimisme, la représentante a tout de même poussé ses adhérents à prendre part aux différentes réunions, partout sur le territoire, et à remplir les cahiers de doléances proposés par de nombreuses municipalités. Pour se faire entendre, montrer qu’ils refusent de s’avouer vaincus, ou simplement« signaler leur vigilance » « On veut jouer le jeu même si nous savons très bien que les dés sont pipés », indique-t-elle.

Une mobilisation que l’on retrouve dans la synthèse réalisée par l’association des maires ruraux de France (AMRF) à partir des cahiers de doléances disposés dans près de 5.000 mairies. D’après leurs conclusions, le thème le plus abordé par les contributeurs est celui de la justice fiscale. Et parmi les propositions émises en masse, on retrouve celle d’indexer les retraites sur le coût de la vie et de revaloriser le minimum vieillesse. « Sinon c’est un appauvrissement garanti des « vieux » qui ont travaillé toute leur vie ! », avertit un participant. Autre revendication très souvent évoquée, d’après l’AMRF, la remise en place de la demi-part supplémentaire pour les veufs et les veuves, supprimée sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Ou encore le maintien des pensions de réversion, dont les syndicats redoutent la suppression à l’occasion de la future réforme des retraites. Du classique.

C’est justement pour sortir des revendications uniquement pécuniaires que d’autres structures regroupant des seniors ont décidé de se mobiliser au travers de ce grand débat. L’association Old Up par exemple, qui se définit comme un promoteur du « vieillissement participatif », a organisé son propre débat au début du mois de février, appelant les retraités parisiens à y participer. « Nous avons décidé de nous concentrer uniquement sur la question de la citoyenneté, nous explique Françoise Sauvage, à l’origine de cette initiative et en charge des ateliers « actualité » chez Old Up. Le retraité n’est pas qu’un porte-monnaie. Même si son utilité est de moins en moins reconnue par la société, son salut peut passer par d’autres voies qu’une revalorisation des pensions que le gouvernement n’est, de toute façon, pas décidé à donner. Ce sont ces voies que nous avons voulu tenter de dessiner et d’explorer ».

« Nous ne sommes pas uniquement bons à jeter »

Pendant plus de quatre heures, le jeudi 7 février, plusieurs dizaines de retraités se sont répartis en plusieurs ateliers pour avancer leurs propositions, en débattre et esquisser ce que pourrait être un « plan vieux ». Après une phase de restitution mouvementée, nous dit-on, plusieurs propositions ont été élaborées dans l’objectif de « faire un bon usage des compétences, expériences et temps des vieux, favoriser leurs ‘contributions’ dans et pour la société », selon son compte-rendu.

Parmi elles, un « bilan de situation personnalisé » pour toutes les personnes de plus de 60 ans, actualisable toutes les décennies, afin de réaliser un « diagnostic social »comprenant une évaluation du niveau d’isolement de la personne afin de l’orienter vers des prestations et des accompagnements ciblés. Étape suivante : leur accorder une « véritable place dans la société », insiste l’association Old Up. Notamment par la création de conseils municipaux des aînés ou par un rapprochement entre les Ehpad et les écoles dans l’objectif de « favoriser les échanges »« Il est urgent de lutter contre la fracture entre les générations qui s’accroît de jour en jour, estime Françoise Sauvage. Nous pourrions très bien imaginer que dans toute la France, une fois par semaine, des locataires d’Ehpad interviennent en école, ou inversement des écoliers dans les Ehpad, pour diverses activités. Cela sortirait les personnes âgées de leur isolement et enrichirait les jeunes enfants de l’expérience de leurs aînés. Même âgés, nous ne sommes pas uniquement bon à jeter. Nous pouvons être utiles ! ».

Dans ce même but d’être « utiles », les participants au grand débat des seniors ont également souhaité créer « service civique des vieux ». Actuellement réservé aux 16-25 ans, élargi à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, le service civique prend la forme d’un engagement volontaire dans une association, une collectivité, un établissement public ou une structure à but non-lucratif. Indemnisé à hauteur de 472,97 euros net par mois, il a pour but d’offrir aux jeunes un moyen de se mettre « au service de l’intérêt général », selon les termes de la communication gouvernementale. Et les seniors dans tout ça ? « Les vieux sont sous-utilisés, s’agace la responsable associative de 89 ans. Ils peuvent apporter quelque chose à la société. Tous ont un vécu, une expérience, un savoir-faire… À l’heure où le secteur associatif a besoin de forces, il y en a une qui attend d’être mobilisée et reconnue ! ».

Un crédit d’impôt bénévolat

Cette question de l’engagement a occupé une large partie des débats, notamment sous l’angle du bénévolat. Il faut dire que sur les 12,7 millions de bénévoles dans des structures associatives, près de 36% ont plus de 65 ans, selon les données de France Bénévolat. Et parmi eux, une grande partie de volontaires « très réguliers » qui « constituent le squelette des associations », selon l’association reconnue d’utilité publique. « Pour maintenir en vie le secteur social, ou encore certaines zones rurales, il faut se donner les moyens d’inciter certains seniors qui pensent en avoir les capacités, à donner de leur temps, clame Françoise Sauvage. Pourquoi ne pas imaginer la création d’une contrepartie ? ».

Une réflexion menée également par l’association « Jubilacion : transition vers une retraite solidaire ». À l’occasion de différentes réunions locales du grand débat, ses membres ont tenté d’amener les différents publics à la réflexion sur une idée qu’ils défendent depuis 10 ans : la création d’un « crédit d’impôt bénévolat »« On est dans un contexte où le niveau de vie des retraités baisse alors que leur espérance de vie augmente, observe son président, Jean-Louis Leroux, auprès de MarianneDans le même temps, les crédits accordés aux associations s’effondrent et nous avons de moins en moins de monde pour régir les activités sportives et culturelles, notamment en zone rurale. La société a besoin des retraités comme ils ont besoin d’elle ».

C’est pour toutes ces raisons que l’association Old Up et Jubilacion se retrouve sur la volonté de réfléchir à un véritable statut du bénévole senior. « On reconnaît le don d’argent aux associations, alors pourquoi ne pas reconnaître le don de temps et l’utilité des donneurs ? », s’interroge Jean-Louis Leroux. La reconnaissance de leur utilité, matrice de toutes leurs attentes…

Photo : Hans Lucas – Martin Bertrand
Anthony Cortes
Article tiré de Marianne  le 8 mars 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s