Monique Pinçon-Charlot – « Macron présente une cohérence parfaite dans son ancrage bourgeois »

Sociologue connue pour ses travaux avec son mari, Michel Pinçon, sur la grande bourgeoisie, Monique Pinçon-Charlot vient de publier « Le président des ultra-riches », réquisitoire contre Emmanuel Macron. Nous l’avons rencontré à ce propos.

« Président des riches »… Dès son élection, Emmanuel Macron avait hérité de cette appellation, introduite en 2010 par les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot au sujet de Nicolas Sarkozy[1]. C’était avant le mouvement des gilets jaunes, et déjà, Jupiter n’avait pas apprécié : « C’est une invention de mes opposants et des commentateurs », avait-il rétorqué quelques mois après son accession à l’Élysée. Découvrant cette déclaration dans Le Canard Enchaîné un matin d’octobre 2017, les Pinçon-Charlot ont entrepris de montrer que le qualificatif, certes désagréable pour l’intéressé, n’a rien de fantaisiste ni d’excessif. Le président des ultra-riches* recense efficacement les mots méprisants envers « ceux qui ne sont rien », dresse l’inventaire des mesures fiscales favorables aux détenteurs de patrimoine et bat en brèche l’idée (ressassée jusqu’à plus soif) d’un président « hors-système ».

Issu de la petite bourgeoisie amiénoise, éduqué chez les Jésuites, ancré au Touquet où sa femme possède une belle maison, l’inspecteur des Finances passé par Rothschild et Bercy ne peut décemment se présenter comme un self-made man, expliquent avec patience les deux sociologues engagés à gauche. De Bernard Arnault, P-DG de LVMH et propriétaires des Échos, à Henri de Castries, ancien patron d’Axa, la seule cartographie des soutiens du président témoigne assez qu’on aurait tort de voir en lui le héraut des classes moyennes. Bien sûr, ce n’est pas un scoop pour nos lecteurs, mais on ne saurait reprocher aux Pinçon-Charlot d’avoir écrit un livre incontestable. Et s’il faut relever une confusion (page 20) entre le taux marginal et le taux effectif de l’impôt sur le revenu et du prélèvement forfaitaire sur les revenus financiers, cela ne remet nullement en cause la pertinence de l’analyse. Concis et étayé, l’ouvrage à quatre mains servira d’aide-mémoire. Alors que les gilets jaunes réclament chaque semaine la démission d’Emmanuel Macron, Marianne a rencontré Monique Pinçon-Charlot avenue Montaigne, à dix minutes de l’Élysée.

Marianne : Vous observez les manifestations des gilets jaunes depuis leurs débuts, vous leur consacrez d’ailleurs l’épilogue de votre livre. Le mouvement serait-il né en réaction à l’arrogance présidentielle ?

Monique Pinçon-Charlot : Dès le début, le « mépris » manifesté par Emmanuel Macron était mis en avant, beaucoup plus que la taxe carbone. Pour lui, « on n’est rien »« on est des esclaves »« des sous-hommes » : ce sont des propos que nous avons entendu, Michel et moi, tandis que les manifestants remontaient l’avenue Montaigne, ici même, en direction de l’Élysée. Au niveau du très chic restaurant L’Avenue a eu lieu une confrontation verbale entre les gilets jaunes et les clients attablés en terrasse (il faisait beau ce samedi-là, le 24 novembre dernier) : « C’est nous qui vous engraissons, rendez-nous notre pognon », lançaient les manifestants. C’était un moment sociologique exceptionnel ! Les clients se sont ensuite repliés à l’intérieur de l’établissement tandis que les manifestants, dispersés par les canons à eau et les grenades lacrymogènes, criaient « Macron, démission ! ». À présent, le mouvement se durcit, avec une violence revendiquée contre « les banques », les symboles du « capitalisme », de « l’oligarchie ». Et dans cette logique, toujours des mots d’ordre très durs contre Macron.

Tout en menant une politique favorable aux plus aisés, Sarkozy adoptait parfois un ton familier, même vulgaire ( « Casse-toi, pauvre con ») qui choquait dans les beaux quartiers. Chez l’actuel hôte de l’Élysée, constatez-vous des dissonances ?

Non, Emmanuel Macron présente une cohérence parfaite dans son ancrage bourgeois. Comme représentant de l’oligarchie, il coche toutes les cases : ses propos méprisants récurrents envers les gens du peuple, ses réseaux, sa trajectoire biographique, sa carrière vers le pouvoir (qui n’est pas une carrière politique à proprement parler, marquée par l’engagement partisan et la compétition électorale), tout converge. Si on cherche à le situer dans l’espace, on constate qu’avant l’Élysée, Emmanuel Macron n’a jamais connu que les beaux quartiers. Il y a vécu rue Cler, dans le 7ème arrondissement parisien, dans un appartement acheté grâce à un prêt de 500 000 euros de son ancien mentor, l’homme d’affaires Henry Hermand. Il passe des week-ends au Touquet, dans la grande maison reçue en héritage par Brigitte, elle-même issue d’une famille prospère de chocolatiers amiénois. Mentionnons aussi la brasserie La Rotonde, boulevard du Montparnasse, où le couple présidentiel se rend encore de temps à autres depuis la fameuse fête donnée le soir du 1er tour. Et les bureaux de la banque Rothschild, avenue de Messine, à deux pas du parc Monceau. Cette emprise urbaine contraste avec celle de Chirac (dont pourtant je ne pense pas beaucoup de bien). Produit d’une longue carrière politique, l’ancien président pouvait se sentir de plain-pied dans les quartiers populaires. Un jour, Michel et moi avons croisé dans un bistrot du XXème arrondissement. Il est venu vers nous comme s’il nous connaissait et nous a serré chaleureusement la main. Macron ne fonctionne pas de cette manière.

Mais cette « morgue sociale » que vous repérez chez Emmanuel Macron, n’aurait-on pas pu la trouver, par exemple, chez Valéry Giscard d’Estaing ? Qu’y a-t-il de neuf aujourd’hui à l’Élysée ?

Eh bien… pas grand-chose ! Vous connaissez la formule : « Il faut que tout change pour que rien ne change. » Emmanuel Macron, c’est sa force, a réussi à masquer le rapport antagonique des classes avec une fausse disruption, un discours prétendument hors système. On peut dire, plutôt, que Macron amplifie un phénomène déjà à l’œuvre. Il achève de casser les logiques autonomes qui régissaient auparavant les différents « champs », à savoir la politique, la haute-fonction publique, la presse, l’art, le monde des affaires… pour asseoir la domination, tous secteurs confondus, d’une poignée de milliardaires. Nous avons grandi dans un monde où, comme l’explique Bourdieu, les différents champs fonctionnaient de manière à peu près autonome. Dépourvu d’ancrage partisan, soutenu lors de sa campagne par des patrons de presse (Bergé, Pigasse, Arnault, Perdriel) et des dirigeants d’entreprises privées (Gilles Jacquin de Margerie, directeur-adjoint du groupe Humanis, Christian Dargnat ex P-DG de BNP-Paribas Asset Management, Henry Hermand, déjà mentionné), Macron accélère la synthèse des différents pouvoirs — sous l’égide de l’argent.

Le président de la République vous a-t-il invités, Michel Pinçon et vous-même, au grand débat organisé le 18 mars à l’Élysée avec une soixantaine d’intellectuels ?

Monique Pinçon-Charlot : Oh non, impensable ! Depuis 30 ans, nous enquêtons sur les réseaux de solidarité et de cooptation des classes dominantes. Nous avons participé à des cercles, des dîners en ville, des réceptions dans des châteaux et des centaines de chasses à courre (Michel et moi nous suivions les cavaliers en vélos tout terrain)… Nous avons le Who’s Who en tête, nous sommes devenus des témoins gênants. 

*Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Le président des ultra-riches – Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron, Zones, 170 pages, 14 euros


[1] Le Président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, Zones.

Eve Charrin
Article tiré de Marianne . le 1er avril 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s