Réforme Macron – Un hold-up sur les plus belles années à la retraite

Le Premier ministre vient d’indiquer que le projet de loi sur les retraites sera présenté à la fin de l’été. La rentrée de septembre sera donc très fortement marquée par ces enjeux.

Après la cacophonie gouvernementale sur l’âge de départ à la retraite, Emmanuel Macron a fait le choix d’un allongement de la durée de cotisation. L’exécutif et J.-P. Delevoye, le haut-commissaire en charge des retraites, se fixent l’objectif de maintenir un niveau de dépense de retraite bloqué à un plafond, les 14 % du PIB actuel, malgré l’augmentation du nombre de retraités dans les années à venir. Là est le cœur du problème. Tout le reste en découle.

En matière de retraite, quand on regarde de près les dernières enquêtes d’opinion, les citoyens aspirent à une réforme qui puise apporter trois réponses claires pour éviter un véritable hold-up sur les années à la retraite en bonne santé puis, avec le vieillissement de la population, celles où l’aide et l’accompagnement à l’autonomie sera un vrai choix de société. Quel niveau de pension par rapport au salaire de fin de carrière ? À quel âge ? Pour quel niveau de vie ?

La stratégie du macronisme va consister à ne pas apporter des réponses claires à ces trois questions en essayant, comme le chef de l’État l’a fait lors de sa confrérie de presse, de noyer le poisson sur le « travailler davantage », le « différentiel avec nos voisins en termes de créations de richesse », la pseudo égalité avec un système de retraite « par points » sans que personne ne sache vraiment ce que vaudront ces « points »… Il va falloir contre-argumenter et le faire dans le cadre d’une bataille politique et idéologique de grande ampleur dans les mois à venir. Comment ?

D’abord en faisant la lumière sur une réalité : la réforme Macron aurait pour conséquence un effondrement du niveau des pensions de toutes et tous. Nous en ferons la démonstration. Quant à la réversion, elle deviendrait une option facultative. L’essentiel des salariés serait exclu de dispositifs de solidarité. Pour les femmes, c’est à coup sûr la double peine : les inégalités de salaires et de carrières creuseront encore plus les écarts sur le montant des pensions et sur les âges de départ. Avec cette réforme, les retraités seraient condamnés à voir leur pouvoir d’achat marginalisé par rapport à celui des actifs. Enfin, la réforme entraînerait un nouveau recul de l’âge effectif de départ à la retraite. Décaler son départ… mais jusqu’à quel âge ? Selon la dernière étude d’Eurostat réalisée en 2015, si la France se situe parmi les premiers en matière d’espérance de vie à la naissance, ses indicateurs en matière d’espérance de vie en bonne santé sont médiocres, en dessous de la moyenne européenne. C’est pourquoi la réforme Macron serait un véritable hold-up sur les plus belles années à la retraite. Après ce contre-argumentaire, nous présenterons nos alternatives. Nous parlerons des politiques d’austérité, des cotisations sociales, d’emploi et de salaires, du coût du capital que les entreprises payent et font payer à leurs salariés. Une réforme des retraites pose en fait de véritables enjeux de civilisation. Macron et sa majorité parlementaire veulent en finir avec la Sécurité sociale par une accélération libérale, étatique et autoritaire. Il est parfaitement possible de faire face aux défis démographiques à venir par un financement intergénérationnel et solidaire en s’appuyant sur les richesses créées par le travail. En refusant les préjugés sur le « troisième âge », dont le macronisme abuse, et le flot de contrevérités dominantes sur la vieillesse, on peut tout au contraire penser à une vie digne qui vaille d’être vécue jusqu’au bout de l’existence.

Le collectif de travail sur la réforme des retraites proposera différentes initiatives lors de l’université d’été et la Fête de l’Huma pour contre-argumenter, proposer une autre direction et agir dans un cadre unitaire de riposte à Macron. Avec une action en direction de la jeune génération : lors de notre dernière réunion, le collectif a évoqué cette dimension essentielle à la campagne sur les retraites.

Olivier Dartigolles, membre du CEN.
Article tiré du PCF  le 2 mai 2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s